marjolainelevieux.blog4ever.com

marjolainelevieux.blog4ever.com

Tanuki

 

La technique consiste à integrer un jeune plant  en l’intégrant sur un morceau de bois mort qui s’y prête bien sur. Toute la beauté du tanuki va dans l’harmonie et la manière dont ont a assemblés les deux sujets. C’est une des difficultés d’assembler les deux pour ne faire qu’un et ne pas montrer la main ou le passage de l’homme et ses interventions.

 

Je vais vous montrer un tanuki en cours de construction. Le bois à sécher au soleil pendant de nombreux mois. Application du liquide à jin (ce qui rend le bois blanc).

 

 

 

Il y a deux méthodes pour incruster le jeune plant dans le bois. Ou on visse (jeune plant doit être fendu en deux avant) ou on cloute le jeune plant par plaquage, ou bien on creuse une saignée et introduit le plant dedans ce qui implique d’avoir les machines et le matériel pour concevoir de tel travaux.

 

Sur la photo ci dessus je n’ai pas encore franchement fixé le jeune plant car trop jeune encore. J’ai choisi par plaquage car je n’ai pas le matériel pour.

 

Ci vous souhaites trouver des exemples de Tanuki, il suffit d’aller sur des forums spécialisés pour le Bonsaï et de taper dans la rubrique adéquat TANUKI.

La vidéo ci dessous explique ce que j’ai expliqué ci dessus.

 

//www.youtube.com/watch?v=n6VsZi_Haqc

 

Pour réaliser le tanuki vous ne pouvez pas prendre n’importe quelle essence de bois. De préférence un bois qui tient bien dans le temps, qui ne pourrie pas ou qui ne se dégrade pas au fils du temps (imputrescible). J’ai essayé sur du loropétalum rubra ça marche bien. La règle dit que le bois mort doit être de la même essence que le jeune plant. Cette règle est très rarement respectée.

 

Les essences sont diversement utilisées mais la plupart du temps se sont des conifères. Si vous avez un bois mort qui a du mouvement, une face avant intéressante vous pouvez peut être l’exploiter, mais tout n’est pas forcément bon à prendre. Il faut que le jeune plant suive une veine (cheminement). Il faut généralement voir les ¾ du cheminement que prends le jeune plant.

 

Il vous faudra vous munir de liquide à jin car la fréquence est d’une fois par an. Vous pouvez rajouter une goutte d’encre de chine qui le rendra moins blanc (aspect visuel).

 

Les jeunes plants généralement utilisés sont le juniperus bleu Alpes ou encore le procubens nana ou encore itoigawa. Ils ont comme particularité de pousser relativement vite.

 

Je terminerais par la triche, on peut y rajouter des bois mort pour y accentuer le coter sauvage de l’arbre.

 

 

 

 

 

 



12/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres